Le travail pendant la grossesse présente-t-il des inconvénients pour le bébé ?

Des études menées par des chercheurs ont démontré qu’avoir une activité professionnelle et être enceinte n’est pas incompatible. Au contraire. Le risque de prématurité est plus élevé de 6% chez les femmes n’ayant pas d’emploi. Un chiffre qui se justifie par le stress et l’isolement entraînés lors des périodes de chômage. Il en est de même pour les futures mamans en arrêt de travail avant le 3ème mois de grossesse. Garder une activité professionnelle permet de préserver une condition physique minimale, éviter le grignotage, la solitude et l’anxiété. Il vous est donc recommandé de continuer à travailler. Mais dans quelles conditions ?

Il est vrai que certaines entreprises sont mal informées des risques liés à la grossesse. Si des précautions étaient prises, le nombre de complications lors des grossesses serait réduit.

Vous pouvez, néanmoins, prendre les devants pour vous sentir mieux au travail. Ménagez-vous et optimisez vos forces, ne mangez pas pour deux, mais mangez mieux, optez pour une activité physique adaptée (pas trop intense) et au moins 30min/jour. Enfin, relaxez-vous afin de mieux gérer les émotions liées à la grossesse.

Quels sont vos droits lorsque vous êtes enceinte ?

Théoriquement, des mesures peuvent être prises pour améliorer en entreprise le bien-être des femmes enceintes. Par exemple, la possibilité d’aménagement des horaires et des postes de travail, les absences justifiées, les déplacements professionnels réduits … dans tous les cas, chaque femme enceinte bénéficie d’un statut protecteur.

Par ailleurs, la loi n’impose aucune obligation à déclarer votre grossesse à votre employeur. Mais, plus vous l’annoncez tôt, plus vous bénéficiez d’avantages (ex : protection contre un licenciement, autorisation d’absence, aménagement de poste…). Cependant, la loi oblige à prévenir par lettre recommandée votre employeur avant de partir en congés maternité. Il est vrai que beaucoup de femmes ont peur du licenciement pendant leurs congés maternité. Mais ne vous inquiétez pas… avant, pendant, et 10 semaines après votre congé maternité, vous ne pouvez pas être licenciée. La loi vous protège, pendant cette période, dans toutes les situations…

  • Vous avez la possibilité de vous absenter pour les examens médicaux obligatoires. À savoir que votre conjoint a, lui aussi, le droit de s’absenter de son travail pour vous accompagner.

  • Certaines activités vous sont strictement interdites : le travail à l’extérieur au-delà de 22 heures, avec des températures inférieures à 0°C, le transport de charges lourdes, êtres exposée aux produits toxiques et aux risques biologiques.

  • Votre temps de travail peut être aménagé en fonction des contraintes de votre métier.

  • Vous avez le droit à 16 semaines de congés pour votre 1er enfant ; payés par votre caisse de sécurité sociale. Si vous attendez votre 3ème enfant, votre congé passe à 26 semaines. En cas de grossesse multiple, vous avez droit à 34 semaines pour des jumeaux et 46 semaines pour des triplés.

  • Enfin, aucun emploi ne peut vous être refusé du fait de votre grossesse.

  • Vous avez aussi la possibilité de demander à votre employeur une place en crèche. Des réseaux nationaux de crèches comme Choisir ma Crèche permettent de faciliter cette pénible tâche de recherche de crèche.

*Etude de Odaxa

Choisir ma crèche