Des attitudes de compréhension et d’encouragement permettent ainsi au cerveau de mieux se développer. En effet, des circuits cérébraux s’établiront et conduiront l’enfant à apprendre à gérer ses émotions. Aussi, pour favoriser son développement, il est recommandé d’utiliser la méthode de l’éducation bienveillante.

Qu’est ce que l’éducation bienveillante ?

Écouter l’enfant, accepter qu’il s’exprime et comprendre ses émotions : voici à quoi tend l’éducation bienveillante. Elle accompagne l’enfant vers son épanouissement et son accomplissement personnel. De plus, elle met l’accent sur ses points forts pour l’aider dans son développement. L’enfant doit pouvoir se sentir grand et fier.  L’éducation bienveillante apparait plus efficace sur le long terme d’après les spécialistes des comportements de l’enfant.

Le besoin d’identité de l’enfant est fort. Il se fonde généralement sur ses émotions et la conscience de soi. Si personne ne l’écoute ou prend conscience de ses colères et de ses sentiments, cela peut conduire à l’effacement de ses propres émotions naturelles. L’éducation dite « positive » établit donc le postulat inverse : être à l’écoute des émotions des plus petits.

Si vous êtes parent, vous avez peut être déjà dû faire face aux pics d’émotions de votre enfant. Hurlements ? Forte colère ? Il exprime ses sentiments parfois de manière très intense. Dans cette situation, comment faut-il réagir ? Essayer de le calmer ou le laisser s’exprimer ?

D’après, Isabelle Filliozat, psychologue, « ni l’un, ni l’autre ». Il faut avant tout l’inciter à se calmer tout seul en lui posant des questions comme « As-tu eu une dure journée ? » afin d’apaiser la situation et lui démontrer que vous l’écoutez. Enfin, il faut essayer de mettre des mots sur ses sentiments en l’incitant à s’exprimer.

Comment avoir les bons réflexes ?

Clarifiez les règles que vous imposez à la maison

Cette phase est nécessaire pour que votre enfant se construise et comprenne les règles de la famille. Il est préférable de définir les règles comme des consignes plutôt que sous forme d’interdictions. Ce procédé pointe l’intérêt qu’a l’enfant à respecter les consignes.

Ex : Au lieu de dire à votre enfant d’aller ranger sa chambre sous peine d’être puni de jouer avant d’aller se coucher, vous pouvez le formuler ainsi « Range ta chambre maintenant, comme ça tu auras plus de temps pour jouer avant d’aller te coucher ». Cette formulation tournée de manière positive permet à l’enfant de comprendre l’intérêt de la règle imposée.

Un discours cohérent à celui de votre conjoint est aussi très important pour ne pas déstabiliser la compréhension de l’enfant : être en désaccord complique votre autorité.

Évitez les termes de jugement

Lorsque vous êtes énervé, des phrases telles que « tu es méchant » « tu n’es pas gentil » « c’est nul ce que tu as fait » viennent parfois naturellement. Mais l’éducation bienveillante proscrit ces termes vexants qui touchent à la personnalité de l’enfant.

Ex : Au lieu de dire « Dépêche-toi, sinon je pars sans toi » dites lui plutôt « Dépêche-toi, tes copains t’attendent pour jouer ».

Ne vous focalisez pas sur des détails

Parfois, à trop vouloir bien éduquer ses enfants, on devient paranoïaque. Il faut savoir lâcher du lest. Posez-vous les bonnes questions. Demandez-vous si vos réactions sont proportionnelles aux actes de l’enfant.

De plus, laissez votre enfant comprendre ses erreurs et expérimenter les choses au lieu d’agir à sa place. Ce procédé est essentiel pour un bon développement.

Ex : Il est préférable de le laisser mettre ses chaussures par lui-même chaque matin. Même s’il les met à l’envers, il comprendra son erreur.

Laissez votre enfant rattraper ses bêtises plutôt que le punir

Comme dit précédemment, l’enfant doit comprendre lui-même les conséquences de ses actes. Laissez donc de la place à la tristesse, à la déception, et incitez-le à réparer ses erreurs en le laissant trouver les solutions seul.

Expliquez vos colères

L’éducation bienveillante peut être difficile à appliquer chaque jour. Surtout si la journée a été contrariante, il peut vous arriver d’avoir des accès d’irritation.  Dans ce cas, votre enfant doit comprendre pourquoi vous êtes énervé. Et si votre colère à été trop intense, il ne faut pas hésiter à lui demander pardon.

Au final, le but de l’éducation bienveillante est de considérer l’enfant comme un adulte. Toute action de votre part doit être cohérente, justifiée et appropriée. Ainsi l’écoute et la compréhension de votre enfant deviennent les clés d’une bonne éducation bienveillante.

Choisir ma Crèche recommande à tous les parents de s’initier à l’éducation bienveillance, pour le bonheur des petits et la sérénité des grands.

Choisir ma crèche