Le 16 mars 2020 aura marqué un tsunami organisationnel pour l’ensemble des travailleurs et des entreprises. Quel que soit le secteur d’activité l’impact de la pandémie est inédit et brutal. Après plus de deux mois de ralentissement général, l’heure de la relance est enfin arrivée. La reprise entraîne parfois la nécessité de repenser un modèle économique ou la modification profonde des façons de travailler. Des arbitrages budgétaires seront peut-être étudiés, mais avant toute décision hâtive, nous souhaitions mettre l’accent sur l’importance de renforcer les engagements des entreprises auprès de leurs salariés. Que ce soit en matière d’autonomie ou de confiance, la sortie de crise sera déterminante pour fidéliser vos ressources les plus précieuses et éviter une soudaine envie de changement professionnel. 

 

Conjuguer vie professionnelle et vie familiale

Le confinement s’est révélé être un véritable challenge pour bon nombre de salariés. Qu’ils soient parents ou non, chacun a été confronté à diverses formes de nouveautés parfois complexes à supporter sur le long terme. Pour certains, la solitude et l’isolement ont entaché la motivation, pour d’autres et notamment les parents de jeunes enfants l’équilibre fut ténu et difficile à entretenir sur la période des deux mois. 

Revenons sur ces nouvelles difficultés vécues par les parents actifs pour compiler vie privée et vie professionnelle.

 

Maelys Le Levreur, coach et créatrice de My Little Coaching, nous partage les problématiques qui ont émergé suite à l’épidémie de Covid-19.

Les parents, en plus de la gestion du télétravail, ont dû expliquer le virus, la maladie, les gestes barrières et la mort à leurs enfants. Ils ont dû faire face parfois à de l’anxiété chez l’enfant. Anxiété qui pouvait se traduire par des problèmes de sommeil, par exemple.”. 

Cet environnement anxiogène a eu des répercussions sur les enfants mais également sur les parents. Eh oui… tous les parents ne sont pas des super-héros ! 

Ce qui ressort le plus, c’est la difficulté d’être en permanence sur tous les fronts. Aucune frontière n’a résisté au confinement et chacun a dû enfiler toutes ses casquettes. Les parents n’ont eu aucun répit pendant la pandémie. 

Les répercussions sont diverses : 

  • L ’état de fatigue nerveuse qui découle du fait d’une charge mentale accrue. 
  • Le stress lié au risque de tomber malade
  • Le recours au chômage partiel, aux arrêts maladie et à la crainte d’une précarité financière.
  • La pression sociale de réussir à combiner parentalité (éducation bienveillante, disponibilité pour le jeu, les devoirs, les repas…) et efficacité professionnelle (motivation, présence lors des visios, reporting etc.)
  • Une remise en question de la fonction exercée, ou de l’entreprise dans laquelle les parents évoluent. 
  • Une quête de sens exacerbée : le besoin d’être utile à la société

 

Pour beaucoup le confinement a été un marathon effréné avec une sensation de répétition de tâches pénibles. De nombreuses frustrations sont nées avec l’étirement horaire des journées accomplies dans une même unité de lieu. Il a fallu aussi trouver des réponses aux inquiétudes des enfants et les préserver. La communication est un élément clé mais il est parfois difficile de trouver les bons mots. Les enfants captent assez vite les émotions et il n’est pas simple de faire face à nos propres peurs pour en protéger nos enfants. 

 

Employeurs : tiraillés entre bienveillance et réalité économique

Les employeurs sont plus ou moins conscients du bouleversement qui a eu lieu. Plusieurs enjeux émergent pour les entreprises, les managers d’équipe et les Ressources Humaines. En haut de la liste la “remobilisation des équipes”, les mots clés : Motivation et vision d’entreprise.

Comment insuffler l’énergie et recréer des synergies après tant de temps passé loin les uns des autres. Avant toute chose, il est important d’accorder des temps d’échange afin Pourquoi faut-il continuer d'investir pour vos collaborateurs ?de prendre en compte la situation individuelle de chacun. Le retour en présentiel au bureau après une si longue période peut générer de nouvelles appréhensions. Elles peuvent être liées au fait de devoir reprendre les transports en commun ou aux contraintes d’organisation familiale persistantes. Avec la reprise, certains parents doivent encore s’organiser pour faire face à la non-réouverture de certaines classes.

Les entreprises peuvent-elles soulager et accompagner leurs collaborateurs dans cette nouvelle forme de parentalité ? Notre experte, Maelys Le Levreur répond un grand OUI !

Il est possible d’aider les parents et il faut ! Le télétravail n’a jamais été pensé pour être réalisé avec des tout petits à côté. L’employeur doit prendre en compte ce paramètre  et soutenir les parents. Quelles formes de soutien ? Il est possible de proposer des temps d’échange avec un spécialiste de la parentalité (de façon individuelle ou lors de webinars) ou en leur proposant des temps de pause ou de la sophrologie pour éviter le surmenage.”.

La mise en place de tels dispositifs n’est pas uniquement bénéfique pour les collaborateurs ! Plus un employeur prendra en compte les besoins et les difficultés de ses employés, plus ceux-ci se sentiront écoutés et épaulés. Le résultat ? Des collaborateurs plus motivés, plus engagés dans la durée envers l’entreprise et un taux de turn-over qui diminue mécaniquement. 

 

Continuer d’investir pour le bien-être des salariés

La crise sanitaire, économique mais aussi managériale ne doit pas être synonyme d’arrêt des politiques de QVT. Bien au contraire, dans ce contexte il est plus qu’indispensable de maintenir et d’intensifier les dispositifs de soutien aux collaborateurs. Ces derniers connaissent leur métier, la culture d’entreprise et ils sont totalement formés. Ce sont vos meilleurs alliés pour une relance réussie et pour minimiser l’impact économique de cette pandémie. C’est donc le moment idéal pour intensifier les engagements liés au bien être du salarié. Out les tables de ping pong, les babyfoot etc. ce dont vos salariés ont vraiment besoin touche désormais plus que jamais l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle. En effet, la généralisation du télétravail impose de repenser en profondeur les besoins des équipes. 

 

Selon Maelys, le nouveau challenge pour les entreprises sera de préserver la “bulle familiale” des collaborateurs tout en les accompagnant pour maintenir un bel équilibre vie privée et vie professionnelle.

L’accompagnement dans la parentalité par l’entreprise est un atout de plus en plus recherché par les jeunes talents. La place en crèche est l’un des services le plus plébiscité par les salariés parents. Un mode de garde fiable permet une plus grande disponibilité et des salariés plus performants. 

Envie de sauter le pas ? Bonne nouvelle, avec Choisir Ma Crèche, vous pouvez accompagner vos collaborateurs dans leur recherche de mode de garde et ainsi leur garantir plus de tranquillité (et donc plus d’efficacité) ! Découvrez tous les avantages de notre service !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *