Tous les enfants sont différents et n’ont pas les mêmes besoins. Pour cette raison, l’État met en place divers dispositifs. C’est dans cette optique qu’apparaît le projet d’accueil individualisé. Pour résumer, il s’agit d’un dispositif pouvant être mis en place dans les établissements d’accueil, réservé aux enfants et aux jeunes en situation de handicap, ou  atteints de troubles de la santé chroniques. Ainsi, les enfants nécessitant la prise d’un traitement long, dans le besoin d’un traitement spécifique et régulier, se présentent comme les profils éligibles au PAI. Le but du projet d’accueil individualisé est de permettre aux enfants dans des situations particulières en termes de santé de pouvoir poursuivre un parcours scolaire le plus normal possible. Autrement dit, le dispositif d’État permet d’aménager au mieux la scolarisation des enfants malades. Dans les établissements d’accueil, y compris les crèches, le PAI peut tout à fait s’appliquer, de manière à assurer le bien-être de tous les bébés et jeunes enfants, peu importe leur état de santé et leurs besoins spécifiques.

Les objectifs du PAI et ses modalités de mise en place dans les crèches

Le projet d’accueil personnalisé concerne les enfants atteints de maladies chroniques, d’allergies ou d’intolérances alimentaires. En somme, il s’agit d’un document transmis aux établissements d’accueil pour que les professionnels de la petite enfance sur place puissent adapter leur mode de prise en charge. D’un point de vue juridique, l’article D312-10-3 du Code de l’action sociale et des familles prévoit et encadre le PAI. Étant donné les besoins très spécifiques de certains tous petits, le PAI apparaît comme un outil indispensable pour l’équipe de professionnels encadrante et une solution rassurante pour les parents. Sur la durée, le projet d’accueil individualisé établi en collaboration avec le médecin de famille, les parents et l’établissement d’accueil, doit permettre à tous les jeunes enfants, sans exceptions, de bénéficier d’un accueil adapté.

Qu’est-ce qu’implique concrètement le projet d’accueil personnalisé ?

Le PAI s’adresse aux jeunes enfants, enfants et adolescents en situation de handicap, atteints de troubles de la santé lourds, tels que les pathologies chroniques (comme l’asthme sévère, par exemple), les allergies et les intolérances alimentaires. Le projet d’accueil personnalisé se présente comme un document constitué et validé par le médecin de famille devant être transmis aux établissements d’accueil, crèches et écoles. Le document permet d’informer notamment sur les spécificités de soins à apporter aux enfants atteints de troubles de la santé. Les informations concernent principalement les besoins spécifiques des enfants malades.

Le projet d’accueil individualisé s’élabore à la demande de la famille et doit s’éditer en collaboration avec le médecin de famille, la Protection maternelle et infantile ou le médecin de la collectivité d’accueil.

De fait, le PAI doit donc contenir les informations suivantes :

  • régimes alimentaires spécifiques ;
  • horaires spéciaux à respecter ;
  • conditions spécifiques des prises de repas ;
  • éventuelles dispenses de certaines activités pouvant être incompatibles avec la santé de l’enfant ;
  • activités proposées pour substituer les manques dus aux dispenses.

En outre, il convient de garder à l’esprit que le PAI se réfère aux pathologies ou autres troubles constatés pendant une année scolaire, le document possède donc une période de validité relativement variable. Ces aménagements nécessitent d’être réétudiés d’une année sur l’autre en fonction de l’évolution des besoins de l’enfant. Mis à part les éléments relatifs à la santé de l’enfant, l’environnement social et familial de l’enfant doit également être pris en compte pour la constitution du projet d’accueil personnalisé.

Les modalités de mise en place du projet d’accueil individualisé dans les établissements d’accueil

Le PAI se met en place à la demande des familles par la direction des établissements d’accueil, et ce en accord avec les recommandations thérapeutiques précisées par le médecin de famille. En réalité, une crèche ou un établissement scolaire ne peut refuser un enfant ou un jeune enfant disposant du PAI. En revanche, le médecin en charge de la constitution du document peut refuser l’admission dans une structure d’accueil, dès lors que ce dernier estime que l’établissement est dans l’incapacité de recevoir l’enfant en toute sécurité. Ainsi, selon les affections des enfants, certaines crèches peuvent ne pas être en mesure de mettre en place les spécificités notées dans le projet d’accueil individualisé.

PAI, trouver un établissement d'accueil pour son enfant

Le projet d’accueil individualisé doit donc faire l’objet d’une ordonnance de la part du médecin traitant, et ce en fonction des pathologies constatées. Cette ordonnance, à intégrer impérativement dans le PAI doit comprendre divers éléments essentiels comme :

  • le nom et les doses des médicaments ;
  • les horaires des prises des médicaments ;
  • les demandes d’aménagement spécifiques à mettre en place ;
  • la prescription d’un régime alimentaire particulier.

Chacun de ces éléments permettent de rédiger le PAI en bonne et due forme pour le transmettre à l’établissement d’accueil de l’enfant. Du personnel de santé habilité s’avère, de fait, généralement désigné pour accompagner l’enfant au sein de la structure d’accueil. En ce qui concerne les crèches, les équipes mettent en place un plan de partage d’informations afin de garantir au mieux la prise en charge de l’enfant et ainsi rassurer au maximum la famille.

Le PAI : des enjeux importants pour le développement des jeunes enfants atteints de troubles de la santé

La mise en place d’un PAI est importante car elle permet l’accompagnement d’enfants en situations complexes. Pour les bébés et les jeunes enfants, cela ouvre des perspectives d’accueil dans les crèches, multi-accueil et haltes-garderies de manière sécurisée et adaptée. Le projet d’accueil individualisé se présente, d’ailleurs, comme un document souvent utilisé pour les jeunes enfants en situation de handicap, faute d’obtenir mieux pour certaines familles.

Parfois, le projet d’accueil individualisé nécessite de trouver des établissements d’accueil disposant des infrastructures nécessaires à l’épanouissement des enfants malades. Dans le cas de certaines maladies chroniques, les crèches ou écoles doivent obligatoirement faire certains aménagements. Pour certaines maladies impliquant une fatigue chronique, les aménagements concernent principalement les horaires, et ce pour adapter le rythme scolaire ainsi que le programme de compétences à privilégier. Par ailleurs, au-delà du simple projet d’accueil individualisé, il convient d’établir un projet pédagogique adéquat pour répondre aux besoins spécifiques de chaque enfant.

Les avantages d’un accompagnement professionnel des PAI en crèche et établissements d’accueil

Certains parents d’enfants atteints de troubles de la santé nécessitant la constitution d’un PAI peuvent déchanter et décider de trouver une autre solution de garde pour leur enfant. Cela s’explique notamment par la crainte de ne pas trouver une structure capable de mettre en place les aménagements nécessaires au bon déroulement de la garde de l’enfant. Seulement, il convient de garder à l’esprit que les crèches et établissements d’accueil sont gérées par des professionnels qualifiés de la petite enfance, formé.e.s pour les cas spécifiques, tels que les enfants en situation de handicap ou souffrant d’une maladie, allergie ou autre intolérance.

Dans une crèche, le personnel compétent prend en charge l’enfant doté d’un PAI. Les repas, soins apportés et aménagements spécifiques entrent en compte dans le projet pédagogique de l’enfant. De cette manière, les parents peuvent tout simplement déposer leur enfant en ayant la certitude que leur bébé bénéficie de toutes les recommandations inscrites par le médecin sur le projet d’accueil individualisé.

En outre, les crèches et structures d’accueil pour jeunes enfants se présentent comme des modes de garde tout compris. De cette manière, une facture s’avère éditée chaque mois, en fonction des jours de prise en charge de l’enfant. De plus, les taux horaires des crèches peuvent être adaptés selon les revenus. Pour tout savoir sur le prix des crèches, c’est ici.

Crèche ou micro-crèche : quelle structure privilégier dans le cadre d’un PAI ?

Pour les parents d’enfants bénéficiant d’un PAI, il peut paraître évident de se demander vers quel type de structure d’accueil se tourner. À ce titre, que ce soit en crèche ou micro-crèche, les enfants peuvent bénéficier d’un accompagnement individualisé à la hauteur des attentes des parents, tant que celles-ci disposent des moyens et des compétences pour mettre en place les aménagements nécessaires. En revanche, dans le cas concret du PAI, une petite structure peut davantage convenir.

En effet, les micro-crèches ne peuvent atteindre que jusqu’à 10 enfants maximum. Cela permet, dans le cadre d’un PAI, d’apporter toute l’attention et tous les soins nécessaires aux jeunes enfants. Par ailleurs, les micro-crèches sont des établissements d’accueil à taille familiale, misant sur l’épanouissement de l’enfant, l’entraide et le partage. Pour ces raisons, un enfant atteint de troubles de la santé se sentira potentiellement plus sécurisé dans une structure telle qu’une micro-crèche.

En crèche collective, l’organisation des journées est moins individualisée du fait du plus grand nombre d’enfants qu’elles accueillent. Il est de rigueur de bien communiquer sur la mise en place d’un PAI, notamment en ce qui concerne les besoins primaires de l’enfant :

  • groupe d’âge homogène, avec un développement homogène en termes de projet pédagogique et activités de motricité mises en place ;
  • horaires et rythmes harmonisés, que ce soit pour les repas ou le sommeil.

Étant donné que les PAI impliquent des aménagements spécifiques pour l’enfant, ceux-ci doivent faire preuve d’une attention particulière pour garantir un épanouissement total de l’enfant. Il convient de rappeler que, dans le cadre d’un PAI validé par le médecin traitant, la crèche doit prendre en compte et appliquer les spécificités.

Enfin, l’accueil en micro-crèche, bien qu’il semble plus adapté aux PAI, nécessite de prévoir une trésorerie en avance pour la famille. Chaque famille dispose de sa propre situation financière, d’où l’importance de peser le pour et le contre dans le choix de la structure d’accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *