L’accouchement aux Pays-Bas, un modèle inspirant - Choisir Ma Creche

L’accouchement aux Pays-Bas, un modèle inspirant

En France, de nombreuses mères déplorent un manque de soutien et d’information à la suite de leur accouchement. Pourtant, ce changement brutal de vie entraine des conséquences physiques et morales avec du stress, de la fatigue et des douleurs. En 2021, 30% des femmes souffrent de dépression postnatale selon un sondage Opinion Way. Cette période délicate n’est pas à négliger et accompagner la nouvelle maman à la suite de son accouchement est primordial, c’est ce qu’ont bien compris les Pays-Bas. Dans ce pays, après leur accouchement, les jeunes mamans ont l’opportunité d’être accompagnées par des « kraamzorg ». Ces bonnes fées sont présentes dans le foyer familial afin de prodiguer des conseils aux mamans, surveiller leur santé et également devenir un soutien de taille dans toutes les tâches quotidiennes. Découvrons ce modèle néerlandais qui offre aux mamans une période post-partum douce et sereine.

 

L’accouchement à domicile

Les Pays-Bas sont le seul pays en Occident où l’accouchement à la maison est encouragé et où chaque mère bénéficie d’aides spécifiques pour les soins qui suivent l’accouchement. Les sage-femmes ont donc l’habitude de venir accoucher leurs patientes à leur domicile, accompagnées d’une infirmière de maternité ou Kraamzorg qui restera pour assister la jeune mère dans sa période de récupération. A domicile, la patiente n’aura pas la possibilité d’accoucher par péridurale mais d’autres techniques plus douces peuvent être utilisées. Il est notamment très commun que les femmes aux Pays-Bas accouchent dans leur bain. En se plongeant une heure dans un bain chaud, la douleur est nettement abaissée. Pour apaiser leurs patientes, les sage-femmes peuvent également recourir à l’acupuncture, l’homéopathie ou la technique d’« hypnobirthing ». L’hypnose de la naissance propose des exercices de méditation guidées en pleine conscience provoquant une profonde relaxation et une augmentation de sécrétion d’endorphines et d’ocytocines, indispensables pour détendre le corps. L’idée est que le corps est capable d’accoucher lui-même, il n’a donc pas tant besoin d’accompagnement, juste du soutien pour diminuer la douleur de la maman.

 

La Kraamzorg, un soutien de taille durant la période post-partum

A la suite de leur accouchement, les jeunes qui vivent aux Pays-Bas peuvent bénéficier de sortes d’assistantes à la maison ou « super nanny », qu’on nomme les Kraamzorg. Elles ne sont ni sage-femmes, ni infirmières, mais elles ont été formées pour vérifier la bonne cicatrisation de la maman et connaître tous les actes de soins du bébé. Pendant 8 jours après l’accouchement, elles procurent de précieux conseils sur tous les gestes à effectuer avec l’enfant dans les différentes étapes de ses premiers jours de vie : l’allaitement, le bain, le sommeil… Bien plus que les bons gestes, elles leur apprennent également à observer, écouter leur bébé et essayer de discerner ses besoins à travers ses pleurs. Elles jouent également le rôle d’une amie qui épaule pendant une période délicate, sauf qu’elles ne font pas parties du réseau de la mère. Elles peuvent s’intéresser aux doutes personnels de la maman, à ses peurs, ses désirs, sa relation avec le père… Elles jouent donc un rôle de confidente sans pour autant envahir la sphère intime de la famille. La maman choisit sa Kraamzorg bien avant son accouchement et peut dresser avec elle un projet de naissance. Bien sûr cette étape est souvent imprévisible mais ce projet permet à la mère d’exprimer ses attentes et à la Kraamzorg de le faire respecter au maximum.  Durant l’accouchement, elle rassure, félicite la patiente, mais c’est évidemment toujours la sage-femme qui détient le maitre-mot sur les décisions. Elle conseille également le futur père sur son nouveau rôle à endosser et accompagne les enfants aînés dans leur nouvelle place. Par son expérience, elle rassure et donne un sentiment de sécurité au couple, bien souvent démuni face à toutes les choses à savoir durant cette étape de la vie.

Par ailleurs, la Kraamzorg est un soutien de taille dans les tâches quotidiennes puisqu’elle s’occupe également de l’élaboration des repas, des courses, du linge et de nettoyage des sanitaires. Elle permet d’alléger grandement la charge mentale des parents afin que la période post-partum soit pour eux exclusivement un moment de partage avec le nouveau-né. Finalement, les Kraamzorg ont trois casquettes à endosser : préserver la santé, gérer l’intendance et apporter un soutien psychologique. Cet accompagnement limite les doutes, les peurs et rend les mamans bien moins stressées.  En effet, la dépression post-partum, qui survient après l’accouchement, touche dans ce pays deux fois moins de femmes qu’en France ! Le modèle des Kraamzorg n’existe qu’aux Pays-Bas, c’est un système mis en place par l’Etat néerlandais avec une formation et un diplôme. Ce service est pris en charge par les assurances, les parents n’ont donc quasiment rien à débourser. C’est pour cette raison que 98% des femmes recours à une Kraamzorg aux Pays-Bas ! En France, les puéricultrices et auxiliaires de puéricultrice s’en rapprochent mais elles n’ont pas autant de casquettes et surtout il n’y a pas de service de prise en charge au sein du foyer pendant 8 jours.

 

Un post-partum en douceur inspirant

Marion Joseph, rédactrice en chef adjointe du Figaro et créatrice du blog Parlons Maman, a justement co-écrit un livre à ce sujet aux éditions du Rocher : « Un post partum en douceur, le modèle néerlandais des kraamzorg ». Avec sa co-auteure Delphine Petit-Postma, qui est Kraamzorg à Amsterdam, elle nous offre les conseils à suivre pour vivre ce moment dans un climat apaisé et bienveillant. Dans cet ouvrage, toutes deux racontent le métier de Kraamzorg, de ses origines à ses missions actuelles, et apportent une aide précieuse pour gérer la période délicate du post-partum.

Ce guide propose ainsi aux parents des conseils concrets à mettre en place pour anticiper au mieux le retour à la maison, tels que des listes de courses types (les produits de soin indispensables pour le bébé et la maman, les bons aliments à avoir chez soi, le contenu utile du sac à langer…) ou les réflexes à avoir avant de rentrer (régler la température de la maison, prévoir un coin douillet où se reposer avec bébé, organiser et répartir les visites…). Des professionnels y donnent différentes pistes à suivre concernant l’alimentation, le sommeil de l’enfant ou encore l’organisation général du foyer. Ce livre propose également des astuces à l’entourage afin qu’il aide les jeunes parents sans pour autant envahir leur sphère intime. Enfin, vous découvrirez divers témoignages de parents ayant vécu des périodes post-partum plus ou moins difficiles, vous relayant ainsi leurs propres conseils dans cette étape riche en émotions !

Choisir Ma Crèche vous offre l’opportunité de remporter le livre Un post-partum en douceur, le modèle néerlandais des Kraamzorg de Marion Joseph et Delphine Petit-Postma, aux éditions du Rocher. Tentez votre chance en vous inscrivant à notre concours Instagram à partir du 25 octobre au 2 novembre !