Crèches inter-entreprises : intégrer ce concept au package de rémunération pour améliorer la qualité de vie au travail - Choisir Ma Creche

Crèches inter-entreprises : intégrer ce concept au package de rémunération pour améliorer la qualité de vie au travail

Les entreprises qui souhaitent fidéliser leurs salariés, ou qui sont en phase de recrutement, proposent des avantages à leurs équipes. Ces bénéfices, monétaires ou non, permettent d’assurer la compétitivité d’une structure et donc de participer à la pérennité de la société. Parmi les avantages disponibles pour améliorer la qualité de vie au travail se trouve la réservation de places en crèches inter-entreprises, un mode de garde alternatif aux crèches publiques. Quels avantages mettre en place pour fidéliser vos salariés et améliorer leur qualité de vie au travail ?

Les leviers pour améliorer la qualité de vie au travail

Au-delà du management et des postes offerts par une entreprise, les employeurs ont la possibilité d’améliorer la qualité de vie de leurs équipes au travail. Ces leviers de motivation peuvent prendre la forme d’avantages. Les salariés les apprécient souvent, et ils permettent même d’accroître leur productivité ! Une étude d’Aon analysant les pratiques des employeurs en termes de protection sociale complémentaire permet d’observer que les éléments périphériques, qui représentent en moyenne presque un tiers de leur rémunération annuelle nette, sont très motivants pour les salariés. Les employeurs sont alors en mesure d’offrir de nombreux avantages à leurs équipes, mais lesquels ?

Des avantages monétaires pour une meilleure qualité de vie au travail ?

Il apparaît que divers leviers sont à la disposition des employeurs pour motiver leurs équipes par l’amélioration de la qualité de vie au travail. Qu’il s’agisse d’avantages directs, sur le court ou sur le long terme, ils sont généralement très prisés et appréciés par les salariés. Quels sont les moyens disponibles pour motiver ou remotiver les salariés d’une entreprise ?

Tickets restaurant, chèques vacances, carte cadeau… : motiver par des avantages directs

Les employeurs sont en mesure de proposer des compléments de salaire “directs” à leurs équipes. En d’autres termes, des avantages directement utilisables par les salariés. Ceux-ci constituent une forme d’avantage monétaire et permettent d’améliorer la qualité de vie au travail de ses salariés pour les motiver. Les compléments de salaire directs les plus connus, à ce jour, sont les suivants :

  • les tickets restaurant ;
  • les chèques vacances ;
  • la carte cadeau ou cadeau d’entreprise.

Les tickets restaurant sont l’avantage monétaire le plus répandu au sein des entreprises. Le principe est simple : l’employeur finance une partie du ticket restaurant, et le salarié paye le reste. De ce fait, les chèques repas offrent la possibilité de faire ses courses ou de s’offrir un repas dans un restaurant, le tout à coût réduit. Toujours sur ce même principe de chèque avantage, il existe les chèques vacances. Ceux-ci permettent aux employés de partir en vacances et d’en profiter à moindre coût.

Les cartes cadeaux et les cadeaux d’entreprise présentent également l’avantage de motiver ses équipes. En termes de fonctionnement, l’employeur offre simplement à ses salariés un cadeau ou une carte cadeau. Bien souvent, les fêtes telles que Noël, Pâques, ou encore l’anniversaire de l’entreprise sont utilisées comme occasions pour mettre en place cet avantage. Il s’agit ici aussi d’un avantage monétaire fidélisant les employés.

Intéressement, PEPA, 13ème mois… : tout savoir sur les leviers de motivation monétaires

Plusieurs leviers de motivation monétaires peuvent être intégrés au package d’entreprise. Celui-ci désigne un groupement d’avantages proposés aux salariés d’une entreprise et permet par exemple :

  • d’améliorer la qualité de vie au travail de ses salariés en les motivant et en les fidélisant ;
  • d’accroître la productivité de ses équipes en leur fixant des objectifs avec des primes à la clé ;
  • d’attirer davantage de candidats dans une phase de recrutement en se démarquant de la concurrence.

Par essence, l’intéressement est un mécanisme permettant de motiver ses équipes car il s’agit d’une prime versée uniquement si les équipes remplissent certains objectifs. Motiver tout en augmentant la productivité de ses salariés, c’est un des avantages de la prime d’intéressement, très souvent intégrée au package d’entreprise. Les entreprises qui mettent en place un plan d’intéressement sont en effet nombreuses, et d’autant plus depuis avril 2020. Une décision gouvernementale annonce quelques changements à cette date : les employeurs qui mettent en place un plan d’intéressement peuvent verser jusqu’à 2 000 euros au titre de la PEPA (Prime Exceptionnelle pour le Pouvoir d’Achat, aussi appelée “Prime Macron”). À savoir que cette prime est exonérée de toutes les contributions et cotisations sociales et qu’elle est plafonnée à 1 000 euros pour les entreprises ne mobilisant pas de plan d’intéressement. Il s’agit donc d’une belle opportunité pour accroître la motivation de ses employés.

Le versement du 13ème mois, comme la prime d’intéressement, est un complément de salaire que les employeurs ne sont pas obligés de verser. Le package d’entreprise peut alors l’intégrer. Le principe du 13ème mois est simple : donner une prime annuelle à chacun de ses employés. Initialement, le montant accordé correspond à la rémunération mensuelle du salarié qui touche la prime. Toutefois, il est possible de jouer sur certains critères pour verser le 13ème mois de façon motivante. Les employeurs peuvent, entre autres, choisir d’indexer cette prime sur le temps de présence des salariés, limitant ainsi le taux d’absentéisme. Les critères sont variés et ils permettent de répondre aux différentes attentes des entreprises : absentéisme, performances, etc.

Les congés pour améliorer la qualité de vie au travail (congés parentaux rémunérés, CET, …)

Les congés peuvent être utilisés comme une source de motivation pour les salariés. Par exemple, le compte épargne-temps a été développé pour limiter les taux d’absence trop élevés. Les salariés apprécient souvent ce dispositif car il leur promet de beaux avantages, tels que :

  • accumuler leurs droits aux congés payés ;
  • recevoir une compensation financière pour les jours de congé qu’ils n’ont pas pris.

Le compte épargne-temps constitue un levier de motivation car aucune loi ne contraint les employeurs à le mettre en place. Ainsi, les salariés se sentent privilégiés lorsqu’un CET est instauré dans une entreprise. Motiver ses salariés via le CET permet d’enregistrer un taux d’absentéisme réduit, mais aussi d’accroître leur productivité et donc les performances globales de l’entreprise. Par ailleurs, il est possible d’utiliser le CET comme une composante forte du package d’entreprise car les employeurs qui le mettent en place sont plus rares.

Qu’ils soient imposés ou pris par plaisir, les congés sont généralement appréciés des salariés. Concernant les salariés parents, il existe un levier important pour les motiver : le congé parental. Les employeurs ont en effet la possibilité de prolonger les congés parentaux, ou encore de les rémunérer. Le fait d’octroyer davantage de jours d’arrêt aux jeunes parents permet qu’ils reviennent en pleine forme, conscients que leur employeur leur a offert un bel avantage. En outre, rémunérer les congés parentaux permet de motiver les salariés parents à revenir travailler et à s’investir davantage dans une entreprise qui leur offre des bénéfices.

Améliorer ses locaux et l’ambiance au travail pour motiver ses salariés

Comme évoqué précédemment, plusieurs moyens monétaires sont accessibles pour améliorer la qualité de vie de ses employés au travail. Outre les leviers financiers, il est concevable d’avoir recours à l’aménagement de locaux pour motiver ou remotiver ses équipes. Dans les faits, re-penser l’organisation des bureaux permet de donner un coup d’éclat à une pièce, mais aussi de travailler l’ambiance qu’elle dégage, etc. L’aménagement des locaux peut alors améliorer la qualité de vie des salariés par :

  • un changement de peinture ;
  • l’ajout de salles de repos ;
  • la mise en place d’une salle dédiée à la lecture ;
  • la création d’un espace pour passer ses appels téléphoniques, etc.

Si l’aménagement des locaux n’est pas suffisant ou envisageable, il est aussi possible de mettre en place diverses activités pour re-dynamiser l’ambiance et motiver ses salariés. Par exemple, le yoga est très en vogue ces dernières années. Il présente des vertus diverses, dont la relaxation et l’apaisement. Proposer des cours de yoga à ses employés permet de les détendre et de stimuler positivement.

Il existe d’autres façons de fidéliser ses employés avec des avantages, qui requièrent moins d’investissements, comme l’alimentation. En effet, il n’est pas nouveau que l’alimentation a un impact sur la santé. Les personnes qui mangent sainement sont généralement en meilleure forme. Il est, de ce fait, concevable d’améliorer la qualité de vie au travail en encourageant ses équipes à manger plus sainement. Cela peut se faire en offrant des corbeilles de fruits frais, un bar à thé ou encore un buffet de fruits secs.

Crèches inter-entreprises, chèque CESU : des avantages très appréciés des salariés et des employeurs

Concernant la garde d’enfants, les entreprises peuvent mobiliser deux avantages. Les salariés apprécient généralement ces bénéfices, mais les employeurs aussi. Il s’agit du chèque CESU et de la crèche inter-entreprises. Concernant le chèque CESU (Chèque Emploi Service Universel), il désigne un bon qui permet aux employés de financer divers services à la personne. Parmi ceux-ci figure notamment la garde d’enfants à domicile. À savoir que le montant maximal des chèques CESU est de 800 euros par année et par salarié.

L’autre avantage lié à la garde d’enfants, et que les salariés affectionnent particulièrement, est la crèche inter-entreprises. Ce dispositif permet aux employés de trouver une place en crèche pour leur(s) enfant(s), et ce, malgré la pénurie actuelle. Il apparaît effectivement que les crèches, municipales et privées, n’arrivent pas à répondre par la positive à toutes les demandes d’inscription auxquelles elles doivent faire face. Cela crée une pénurie de places en crèches. La réservation de place en crèche pour ses salariés permet alors de pallier ce manque de place, tout en fidélisant et motivant ses équipes.

Comment proposer un système de crèche inter-entreprises ?

Réserver des places en crèche pour ses salariés présente un double avantage : les motiver, tout en s’assurant qu’ils puissent venir travailler sans s’inquiéter de la garde de leurs enfants. De ce fait, il s’agit d’un avantage très prisé par les parents salariés, mais aussi des employeurs, qui s’intéressent de plus en plus à ce dispositif. Quelles sont les démarches à réaliser pour proposer un système de crèche inter-entreprises aux salariés ?

Calculer le prix d’une crèche inter-entreprises

Tout d’abord, le coût d’une crèche inter-entreprises varie selon la localisation de l’entreprise. Les écarts de prix sont surtout observables entre l’Île-de-France et les autres régions. S’il s’agit, de prime abord, d’un investissement coûteux aux yeux des employeurs, il est important de garder à l’esprit que l’État met en place des aides et déductions fiscales. Elles servent à soutenir les employeurs dans le financement de leur projet de crèche inter-entreprises.

Les employeurs qui mettent en place une crèche inter-entreprises peuvent déduire les frais qui lui sont liés de l’Impôt sur les Sociétés (IS). Les dépenses attenantes au système de réservation de place en crèche sont en effet une charge déductible de l’IS. Grâce aux aides fiscales de l’État, le prix d’une place en crèche revient en moyenne à 3800 euros par an aux employeurs. Les salariés, quant à eux, payent entre 150 et 600 euros chaque mois pour la garde de leur enfant, selon les régions et leur quotient familial. Il apparaît alors que le prix d’une place en crèche inter-entreprises est similaire à celui d’une crèche municipale pour les parents.

Les bénéfices liés à la réservation de berceaux pour ses employés

Il existe, bien sûr, des avantages liés à la réservation de berceaux pour les employés. Ces bénéfices servent aussi bien les intérêts des parents salariés que ceux des employeurs.

Tout d’abord, la crèche inter-entreprises permet de proposer des places dans des établissements de garde situés à proximité du domicile de ses employés, réduisant ainsi leurs trajets quotidiens. Réduire les trajets de ses salariés se traduit souvent par une diminution des retards, un premier avantage pour l’employeur. Par ailleurs, le fait d’obtenir une place en crèche près de son domicile permet aux salariés de mieux gérer l’équilibre entre leur vie personnelle et vie professionnelle, un aspect qui se ressent à travers leur implication et leur performance au travail.

La crèche inter-entreprises permet également aux employeurs d’améliorer ou de perfectionner leur image : ils paraissent plus proches de leurs équipes. Que le point de vue soit interne ou externe à la société, un employeur qui propose des places en crèche pour ses salariés soigne sa marque employeur, un point véritablement positif pour la motivation au travail. Aussi, la crèche inter-entreprises peut constituer un point différenciant pour les sociétés en processus de recrutement : elles auront tendance à attirer davantage de candidats. Il apparaît donc que la place en crèche est un élément fortement plébiscité du package d’entreprise.

Pour résumer, mettre en place un système de crèche inter-entreprises permet de profiter d’avantages, qui sont notamment :

  • une baisse de l’absentéisme liée à la garde d’enfants ;
  • une diminution des congés durant les périodes de vacances scolaires ;
  • enregistrer moins de prolongations de congés parentaux ;
  • éviter la désorganisation des équipes liée aux imprévus personnels en lien avec la garde d’enfants.