Femmes actives : comment concilier carrière et maternité ?

Pour beaucoup de femmes, l’approche de la trentaine, ou tout simplement l’envie de fonder une famille peuvent apparaître comme des obstacles à leur évolution professionnelle. C’est d’ailleurs ce que déclarent 64% des femmes interrogées par l’Insee et le Ministère du travail lors de l’étude IGAS en 2019. À l’heure où de nombreuses remises en question s’opèrent quant au sens à donner à son travail et à la place de l’équilibre vie privée et vie professionnelle : Comment se libérer des idées reçues entre carrière et maternité ?

Avec la complicité de Véronique Souchon, experte dans la gestion du stress et de l’anxiété auprès des femmes actives, auteure du livre « Mettez des étincelles dans votre Job » aux éditions De Boeck, nous réfléchirons aux pistes pouvant aider les femmes à oser dans leur travail. De l’origine des stéréotypes, à l’organisation du retour de congé maternité, en passant par les droits pendant la grossesse, comment peut-on accompagner les futures et jeunes mamans ?

Se débarrasser du complexe de la maternité dans le monde du travail

La découverte d’une grossesse peut engendrer un ascenseur émotionnel pour les femmes qui travaillent. Souvent déchirées entre une joie immense et du stress, elles peuvent rencontrer de grandes difficultés à l’annoncer à leur employeur. Pourquoi la maternité est-elle encore perçue si négativement ?

La maternité comme élément de stress pour la femme ambitieuse, comment le surmonter ?

Beaucoup de jeunes femmes vont entendre, dès le début de leurs études, qu’il n’est pas possible d’allier ambition de carrière et vie de famille. Ce cliché voit son origine dans l’organisation sociale des générations précédentes. Cela fait pourtant plusieurs décennies déjà que l’on se détache de l’image de la femme qui reste à la maison, non par choix, mais simplement car les choses sont établies ainsi.

Si les mentalités évoluent, les faits et les habitudes, eux, ont bien du mal à bouger. Beaucoup de femmes qui aiment leur job vont voir dans le fait d’avoir un enfant un réel frein à leur carrière. Elles ont peur de voir une opportunité d’évolution leur être refusée justement parce qu’elles vont fonder une famille.

Dans les faits, ces peurs ne sont pas totalement injustifiées. D’après l’enquête menée par l’Insee X Ministère du travail – IGAS en 2019, les femmes verraient leur salaire reculer de 2% à l’arrivée de leur premier enfant. C’est à ce moment précis que l’écart salarial commence à se creuser.

Véronique Souchon

Pour Véronique Souchon, toutes ces croyances sont construites et alimentées par des normes de notre société et de notre éducation. Selon elle : “Nous construisons cette réalité par le collectif. Oui, il y a un temps incompressible entre la fin d’une grossesse et la fin d’un congé maternité. Oui, il faudrait légiférer davantage sur ce domaine. Oui, il existe des managers et des entreprises encore terriblement arriérés quant à leur gestion du sujet et des femmes. Mais comme tous les préjugés entraînant de la discrimination, cela doit avant tout passer par soi. Déconstruisez ces croyances, rompez leurs transmissions par vos attitudes et vos discours. Nous sommes le collectif ! 

En revanche si vous vous les répétez et les appliquez sans remise en question, elles biaiseront vos décisions et vos comportements individuels.

Ces croyances sont bien souvent alimentées par des sources de stress qui touchent directement les futures et jeunes mamans. Comprenez à quel niveau de stress vous vous située en passant le test de notre experte.

Les sources de stress pour la femme enceinte ou la jeune maman ?

Il existe de nombreuses sources de stress pour une femme enceinte ou une jeune maman qui travaille. Nous pouvons les catégoriser selon 3 critères : les stress liés à la grossesse,  les sources de stress que l’entreprise peut lui ajouter et les stress qu’elle s’impose à elle-même.

  • Les sources de stress liées à la grossesse : elles concernent toutes les futures ou jeunes mamans. On parle ici des angoisses que l’on peut ressentir face à une situation inédite. Qu’il s’agisse du premier enfant ou non, la grossesse fait surgir de nombreuses interrogations et de nombreuses problématiques médicales, sociales ou psychologiques. Ce stress-là est malheureusement inévitable et peut être diminué simplement en se faisant accompagner par de bons spécialistes en pré et postnatal.
  • Les sources de stress en entreprise : de façon générale, le travail peut parfois être une source de stress au quotidien. Si vous ajoutez à cela une grossesse, il n’est pas compliqué de comprendre que l’intensité des peurs peut être augmentée. Pour réduire ce type d’angoisse, c’est à l’entreprise d’accueillir la nouvelle de la meilleure des façons et d’accompagner sa collaboratrice dans sa parentalité nouvelle.
  • Les sources auto-suggérées : elles peuvent être nombreuses et plus compliquées à identifier. Les femmes ont une capacité à vouloir prouver quotidiennement leur valeur au sein de l’entreprise. La grossesse et la maternité peut être perçue comme une seconde période d’essai. Que les craintes soient réelles ou non, il est important de les déterminer et de se faire accompagner pour reprendre en main son quotidien. Une grossesse est déjà une aventure en soi, il n’est pas indispensable de s’ajouter des difficultés annexes.

Evidemment, comme le précise Véronique Souchon :Le stress lié à la maternité n’est pas cloisonné entre les inquiétudes professionnelles et personnelles. C’est une période de vie intense pour ces mères et futures mères. Ce qui peut augmenter la sensation de stress et de perte de contrôle pour certaines..

Oui, parler de maternité en entreprise peut effrayer. Cependant, pour faire avancer les choses, il est primordial de faire valoir ses droits. Devenir maman est une étape de vie qui ne doit pas venir s’opposer à une carrière.

Assumer et se sentir légitime à faire valoir ses droits

Lorsqu’une femme a un projet de bébé, elle se sent généralement moins légitime que les autres à l’obtention d’une promotion. Pourquoi ? Comment accompagner les femmes dans la confiance en leurs compétences et leur donner les clés d’oser demander ce qu’elles méritent ?

Qu’en est-il des droits des femmes au travail lors d’une grossesse ?

La première étape afin de se sentir plus légitime dans son projet de grossesse est de connaître ses droits. De nombreux ont été acquis avec les années et il est important de les faire valoir.

Les principaux droits prévus par la loi à connaître sont les suivants :

  • Droit de s’absenter pendant la grossesse : la loi stipule qu’une future maman a le droit de s’absenter pour réaliser des examens médicaux obligatoires. Par exemple, les 3 échographies obligatoires ainsi que les rendez-vous de suivi mensuel.
  • Possibilité d’adaptation du poste : lors d’une grossesse, certaines tâches peuvent devenir plus difficiles ou dangereuses. Dans ce cas, l’employeur doit chercher des solutions afin d’adapter son poste. Cela ne doit pas porter préjudice ni au salaire, ni à l’évolution de la carrière. Si elle travaille de nuit, la salariée enceinte peut également demander à être affectée à des horaires de jour.

Il est également important de se renseigner du côté des conventions collectives. Certaines vont prévoir d’autres adaptations pour les futures ou jeunes mamans. Par exemple, une réduction du temps de travail est possible dans certains secteurs.

Quelles sont les clés pour oser professionnellement pendant et après la grossesse ?

Selon notre experte Véronique Souchon, se sentir illégitime pour obtenir, par exemple, une promotion pendant une grossesse ou au retour d’un congé maternité est compréhensible. Compréhensible mais pas justifié. Il n’est pas rare de grossir tout ce qui ne va pas, au lieu d’identifier ce qui va bien.

Elle nous confie : “À toutes ces femmes, j’ai envie de dire que le modèle qu’elles souhaitent est possible. Mais que c’est rarement l’environnement extérieur qui le leur offrira spontanément. Les hommes osent plus ! Elles doivent donc commencer par conscientiser et verbaliser leurs besoins. Ensuite vient la mise en action pour essayer d’obtenir ce qu’elles souhaitent. J’ai déjà vu des clientes négocier une promotion avant leur départ, car elles ne voulaient pas être oubliées en partant plusieurs mois. Et ça marche ! Nous sommes dans un monde où les termes RSE, QVT, rallongement du congés paternité, entreprises à mission sont d’actualités. Alors osez !  

Vous l’aurez compris, c’est une question d’attitude et d’état d’esprit. Bien sûr ce n’est pas du 100% gagnant mais si vous n’essayez pas, rien ne changera. Ni pour vous, ni pour vos enfants.

Préparer chaque étape pour un retour au travail serein

Le retour de congé maternité est aussi source d’angoisses. Quelles sont les clés d’un retour au travail réussi ? Que vous soyez salariées, indépendante ou cheffe d’entreprise la préparation et l’anticipation sont vos alliées !

Quelles sont les sources d’angoisses d’un retour de congé maternité ?

Revenir au travail après un congé maternité, cela peut faire ressurgir de nombreuses peurs. Vais-je être à la hauteur ? Suis-je encore capable d’assurer les différentes tâches ? Ai-je toujours ma place ? Autant de questions qui traduisent des angoisses profondes.

Après l’arrivée d’une enfant, il n’est pas rare que l’ensemble de l’organisation d’une jeune maman soit chamboulé. Entre nuits courtes, mode de garde et nouvel équilibre à trouver à la maison, il est parfois difficile de se projeter dans son travail.

Comment assurer un retour au travail réussi ?

Pour avancer le plus sereinement possible lors de ces périodes de changements et de déséquilibre naturel, Véronique Souchon invite les futures et jeunes mamans à suivre ces 3 étapes : acceptation, communication et organisation.

Acceptez

Oui, le fait d’être enceinte ou maman engendre certaines transformations, notamment dans la gestion de son temps ou de son organisation. Et c’est ok ! L’accepter permet de sortir d’une résistance stérile pour trouver des alternatives nouvelles et adéquates. Il n’est donc pas question de subir ses émotions mais de les écouter pour réajuster et s’adapter.

Accepter de s’écouter, ne pas chercher à coller au rôle de la maman parfaite ou de la collaboratrice sans faille. Ressentir ce qui vous convient le mieux, pour amener de l’équilibre entre votre vie pro et perso, de la grossesse à votre retour au travail.  

Il n’y a pas de recette magique, réfléchissez à ce que vous souhaitez, et non à ce qui sera le plus simple pour votre entreprise ou pour la gestion de la maison.

Communiquez

Prenez ensuite la parole pour créer de la normalité autour du sujet et vous légitimer dans votre environnement professionnel. Oui je suis enceinte, et alors ?!

Tout le monde ne sait pas ce que c’est que devenir parent. Toutes les femmes ne vivent pas une grossesse de la même manière. Si vous ne parlez pas, rien ne se passera, et vous resterez emmêlé dans vos craintes, sans solutions. Notre experte a accompagné des clientes à se mobiliser face à leurs peurs, et être agréablement étonnées de l’accueil positif et rassurant des équipes ou dirigeant(es). Si votre manque de légitimité ou vos peurs vous empêche de communiquer, alors vous ne réussirez pas à véhiculer un message rassurant et constructif au sein de votre entreprise. Elle vous renverra alors cette image.

Organisez

Véronique Souchon vous conseille un petit exercice pratique : “Prenez une feuille de papier, et faites 2 colonnes. Dans la première notez vos craintes, sans vous censurer ou vous juger. Puis, notez dans la seconde colonne de quelle manière vous pouvez, vous organiser pour diminuer l’inquiétude. N’oubliez pas que tout ne repose pas sur vous, vous pouvez faire appel à l’extérieur (famille, conjoint, collègues, formations, accompagnement personnalisé, entreprise) pour vous aider dans votre nouvelle organisation.”.

Carrière et maternité, nos conseils

Par exemple :

– demandez à modifier, dès à présent, les réunions de 17h, à 15h.

– réfléchissez au congé maternité que vous souhaitez prendre. Le but étant de prévenir et s’organiser, sans mauvaises surprises. Les dirigeant.es et les équipes vous percevront alors comme une professionnelle qui assume, plutôt qu’une « femme qui alourdie l’organisation avec son bébé. »

– renseignez-vous sur les droits pour mettre en place des process afin que le départ ou la reprise se passe bien (télétravail, salle d’allaitement, crèche privée, etc.)

Les changements de mentalité peuvent prendre du temps. L’important est de commencer à agir à son niveau ! Si vous attendez un enfant ou que vous êtes une jeune maman, cela n’enlève rien à votre légitimité. Il est important de se renseigner et de se faire accompagner afin de surmonter le poids des habitudes. Le reste n’est qu’une question d’organisation ! À vous de jouer !